Polar Pod le bateau vertical de Jean-Louis Étienne, en essai dans un bassin de l’Ifremer.

    2
    2601
    photo-Jean-Louis-Etienne-polar-pod
    Le célèbre médecin explorateur français Jean-Louis Étienne travaille sur un étrange bateau pour faire le tour de l’Antarctique et y mesurer les concentrations en CO2.

    Médecin généraliste, né dans le Tarn, à Vielmur-sur-Agout, Jean-Louis Étienne (68 ans) met au point son projet fou baptisé Polar Pod. Depuis environ deux semaines, la maquette au 1/41 est en essai dans le bassin de l’Ifremer à Brest. Cet étrange bateau vertical, tout droit sorti d’un film de science fiction, inspiré du navire américain FLIP (construit par les États-Unis dans les années 1960), pourra affronter pendant de longues périodes, les cinquantièmes hurlants de l’océan Austral et effectuer des relevés scientifiques.

    Destiné à l’étude des courants marins,  haut de 102 mètres, dont 75 immergés grâce à un lest de 150 tonnes de béton, Polar Pod se composera d’une nacelle où vivront les 7 membres d’équipage, d’un flotteur et, enfin, d’un treillis en acier. Remorqué en mer à l’horizontale, il basculera ensuite à la verticale par ballastage. Concrètement, les tubes de la structure en treillis accueillent des dizaines de tonnes d’eau qui permettent le renversement du bateau. Capable de résister à ce milieu hostile, le Polar Pod par ailleurs consommera très peu d’énergie, réduisant ainsi le coût des campagnes scientifiques.

    Le Polar Pod, c’est l’équivalent d’un budget d’une participation au Vendée Globe soit environ 8 à 10 millions d’euros.

    Nécessitant un budget de l’ordre de 8 millions d’euros, Polar Pod coûte environ six fois moins cher que le projet Sea Orbiter de l’architecte Jacques Rougerie. Mais ses usages sont différents: Polar Pod n’est pas un navire océanographique. Les scientifiques resteront à terre. Outre un capitaine et deux chefs de quart, l’équipage de Polar Pod comprendra quatre ingénieurs chargés de la collecte de données pour chaque programme scientifique. Du CNRS au Scripps Institute américain en passant par la Nasa ou encore le CEA, le navigateur Jean-Louis Étienne qui projette un départ fin 2016, a déjà reçu de nombreux soutiens officiels.

    Vidéo : Jean-Louis Étienne présente l’expédition International Polar Pod, une dérive autour de l’Antarctique pour mesurer et informer le monde sur les limites de l’océan Austral, principal puits de carbone de la planète, à compenser nos excès d’émission de gaz carbonique.

    A savoir :

    Coéquipier d’Éric Tabarly, lors de sa course autour du monde dans les années 1970, Jean-Louis Étienne sera ensuite connu pour ses expéditions à but scientifique, dont la médiatisation permet de promouvoir la recherche ou la défense de l’environnement. Il a ainsi voyagé en Arctique et en Antarctique où il s’est rendu célèbre avec l’exploit unique à ce jour de la Transantarctica, une traversée, à pied avec des chiens, du continent austral sur 6300km. Il est aussi le premier homme à avoir rallié le pôle Nord en traîneau, en solitaire.

    2 COMMENTS

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here